Quel tarif pour un thème WordPress ?

Rigueur. Et passion !

Ne dites pas à ma mère que je suis artisan en architecture de l'information appliquée aux sites web : elle croit que je suis webdesigner, intégrateur HTML & CSS, rédacteur web, formateur NTIC et consultant en webmarketing depuis 2001 ! Voulez-vous en savoir plus ?

Le blog de l'intégrateur web

Quel tarif pour un thème WordPress ?

C’est une question récurrente : mais combien coûte un thème WordPress ? A cette question simple, je voudrais apporter quelques éléments de réflexion. J’ai la conviction qu’une réponse toute faite ne peut être juste. Par ailleurs, je trouve qu’il règne une certaine hypocrisie sur la formation des prix dans le Webdesign. Il semble normal — lorsqu’on achète une voiture ou une machine à laver — de donner des indices sur le budget que l’on est prêt à consacrer. Dans le Web Design (et sans doute dans les prestations de services en général), la question du budget semble taboue. J’ai même parfois l’impression que les clients potentiels ne se posent pas la question, comme si l’on vendait du vent ; pourtant, livrer un site Web correspondant aux besoins du client n’est pas une mince affaire et demande beaucoup de travail, y compris en utilisant un CMS comme WordPress (mais c’est valable aussi pour Drupal, Pluxml ou NekoCMS).

5 étapes pour concevoir un thème WordPress

La création d’un thème pour le CMS WordPress se décompose idéalement en cinq étapes :

  1. Recueil des besoins — Réception d’un email expliquant le contexte de la demande ou document plus complexe en plusieurs partie (cahier des charges ?).
  2. Récapitulatif des besoins — Envoi d’un email précisant ce qui sera effectivement vendu, en tenant compte du périmètre des fonctionnalités retenues (document à faire valider avant d’attaquer le point n°3).
  3. Conception de la charte graphique —  Il s’agit de formaliser graphiquement les besoins du client (à cette étape, il a versé 30% de la commande) en présentant une ou plusieurs pistes graphiques selon ce qui aura été défini à l’étape précédente. Notez que le nombre de proposition est souvent lié avec l’importance du budget alloué (document à faire valider avant d’attaquer le point n°4).
  4. Intégration Web (HTML, CSS & jQuery) — Lorsque la charte graphique est acceptée et que les BAT sont OK, il est temps de transmuter le design réalisé sous Photoshop dans un format lisible par les navigateurs.
  5. Mise en place des fonctions WordPress — Affichage des billets et autres éléments constitutifs du blog ou du site Web (ne soyons pas sectaire).

A cela, il faut ajouter les allers-retours pour les modifications (corrections, changements, etc.) qui sont chronophages… Vous l’aurez compris : la mise en place d’un thème WordPress ne diffère en rien de la mise en place d’un site Web dynamique ! La seule différence, c’est le point n°5 qui permet de faire l’économie de la partie PHP/MySQL : les équipes de WordPress ont déjà fait tout le travail de développement.

L’intérêt d’utiliser WordPress pour son site Web ou son blog, c’est de pouvoir profiter de l’étendue des fonctionnalités proposées par ce CMS, sans compter la qualité du Back Office accessible aux utilisateurs les moins avertis. On peut dire que WordPress est l’ami développeur PHP/MySQL qui travaille gratuitement, ou presque.

Toutefois, et sans vouloir relancer la polémique pour savoir si l’on peut parler de développement WordPress, il faut savoir que l’API de WordPress ne vient pas s’intégrer toute seule dans la maquette. Il faut un minimum de connaissance en développement Web (PHP, MySQL) pour mettre en place un thème WordPress un peu complexe. Et il est normal que le tarif en tienne compte.

Un thème, des Templates ?

J’allais oublier. Maintenant que nous avons en tête toutes les étapes nécessaires, il faut encore prendre en compte le fait qu’un thème WordPress est composé d’un nombre de Templates variable selon les besoins exprimés à l’étape n°1 et retenus à l’étape n°2.

Un thème WordPress peut se composer d’un seul modèle de page (index.php) pour accueillir l’ensemble des contextes d’affichage possibles (catégories, tags, recherche, articles seul, images, etc.). Le thème WordPress par défaut (Twenty Ten) comporte plus de 10 Templates. Le tarif tiendra évidemment compte à la fois du nombre de Templates et des différences qu’ils présentent entre eux.

Et les plugins ?

Qui dit WordPress, dit Plugins. Il est rare d’installer WordPress sans passer par le menu Extensions. Celles-ci peuvent nécessiter des réglages de configuration plus ou moins complexes. Certaines nécessitent de mettre les mains dans les Templates et les fichiers CSS pour adapter le code HTML produit en sortie à votre charte graphique toute neuve.

Combien ça coooûûûte !

cf. point n°1 et lire 8 exemples de tarifs pour l’intégration de votre site WordPress d’après la méthode des Personas

Articles sur le même sujet

PS : Le respect de la vie privée sur internet est important : j'ai décidé d'échanger mon bouton Like de Facebook par un bouton Faire un don de Paypal car
Il n'y pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour (Jean Cocteau) ;) Merci d'avance.



80 commentaires pour “Quel tarif pour un thème WordPress ?”

  1. Blog SEO dit :

    Pas très joli de faire des articles où il n’y a pas la réponse à la question ^^

    Logiquement un thème WP devrait coûter plus cher qu’un thème HTML normal (si on fait l’intégration avec) donc prix normal + XX% :)

    • tetue dit :

      Euh…

      Il n’y a pas de raison que ça coûte plus cher sous WordPress ! Les contraintes de créa et d’intégration HTML/CSS sont semblables quelque soit le site. Ou alors y’a un problème et il faut changer de CMS :-P

      Je trouve le point 5 à la fois hors sujet (le « thème » d’un site n’inclut pas le fonctionnel ni sa mise en service !) et trop courtement abordé : y’a plus rien à faire mais faudrait quand même un « développeur PHP/MySQL qui travaille gratuitement » ? et pourquoi gratuitement ??? Pour le reste… c’est comme pour n’importe quel site dynamique, comme tu le signale.

      • Bruno Bichet dit :

        Tetue — tu as du oublier que le titre était : Quel tarif pour un thème WordPress ? Donc, c’est normal qu’un thème WordPress coûte plus cher qu’un site statique en html et css : il faut intégrer les fonctions propres à WordPress dedans. Ce qui va se traduire par la possibilité pour le client de gérer et mettre à jour son blog lui-même ;)

        • tetue dit :

          Héhé, justement, je trouve ton titre inadapté :-)

          Car tu parles d’un thème (comme pour n’importe quel site) puis de ce qui est de l’ajout de fonctionnalités (typiques d’un CMS, ici WordPress). Je pense qu’il y a confusion sur ce que recouvre le mot « thème » : ça ne saurait inclure le fonctionnel, qu’il faut bien distinguer.

          Le titre serait « Quel tarif pour un site WordPress ? » et le commentaire de Blog SEO « un site WordPress coûte plus cher qu’un thème HTML » et je serais complètement d’accord :-)

          • Bruno Bichet dit :

            Je comprends mieux. Mais ça ne change pas grand chose dans la mesure où justement la notion de thème vs site permet de laisser de côté la partie moteur PHP/MySQL pour bien distinguer le travail du webdesigner / intégrateur de celui de l’équipe de développement de WordPress ;)

          • Bonjour tetue,

            Je me permets d’intervenir pour préciser que dans le monde de WordPress, le thème inclus également des fonctionnalités (via le fichier functions.php, via le jeu de mutualisation des templates et via la composition de chaque template).

            Il ne s’agit pas uniquement de l’aspect graphique, sinon, il suffirait de faire modifier le fichier CSS.

            Mais c’est vrai que ce n’est pas évident au premier abord!

        • Loïc dit :

          Salut Bruno, Je suis d’accord sur un simple point avec tetue, dans la réponse que tu apportes, tu compares à site statique. Il faut comparer à un site dynamique (les sites statiques sont morts ;) ) et dans ce cas il n’y a en effet aucune raison qu’un thème wordpress coute plus cher qu’un template de site dynamique xyz.

          Et je pourrai presque ajouter bien au contraire ;)

  2. Le titre était alléchant mais c’est vrai qu’on reste un peu sur notre faim ! (« ça dépend ça dépasse ») On aurais bien aimé des exemples. Peut-être as tu prévu un article complémentaire sous forme de démo (maquette + package template + plugins + modifications de code). Là ce serait un sacré post. A moins que tu souhaite protéger le secret des web designers qui, il est vrai, s’appuient beaucoup sur l’ami WordPress pour faire le gros du bouleau. Agrémenté d’un petit coup d’Artisteer pour certains, cela fait un effet terrible auprès des clients profanes pour un travail quasi nul… Dans ces conditions, pas difficile de vendre du site ou du blog à la pelle !

    • Bruno Bichet dit :

      Justement, les Webdesigners ne s’appuient pas sur WordPress pour faire le gros du boulot, puisque leur boulot, c’est de concevoir, découper et intégrer une charte graphique. Aujourd’hui, il existe par exemple, des tonnes de ressources graphiques (icônes, générateurs de logo web 2.0, photos, visuels, etc., qui permettent à des développeurs purs et durs de se passer de graphistes pour certains type de projets orientés « métier ».

      En ce qui concerne les tarifs, c’est comme demander combien coûte un logo ? Ca n’a pas de sens en soi. Ce qui peut éventuellement avoir un sens, c’est de donner un tarif pour fournir au client un blog brute de fonderie en restant dans le cadre des célèbres 5 mn. d’installation. Au tarif de mon plombier, ça coûterait en 9,99€ et 19,90€ ^^

      • AriCover dit :

        Oui, des tonnes de graphiques en tout genre gratos mais en général les développeurs ont très mauvais goût voir pas du tout. Du bleu c’est du bleu, un icone c’est un icone, à droite-à gauche bof entre les deux. L’inverse est aussi valable pour les designers en général pas très fortiches avec les codes. Par contre les deux mondes s’intègrent très bien entre eux (et avec les autres) ce qui rend le produit fini assez sexy… en général.

  3. [...] This post was mentioned on Twitter by bb (css4design), br1o les bons tuyaux and Joris Krawczyk, Mickaël Bertrand. Mickaël Bertrand said: RT @br1o Quel tarif pour un thème WordPress ? http://j.mp/bLNkUr [...]

  4. 512banque dit :

    Donc au final, autant acheter un thème tout prêt et demander au designer qu’il le personnalise à minima :)

    • Bruno Bichet dit :

      Oui et non : cf point n°1 — Si les besoins du clients vont dans ce sens, ça ne sert à rien de lui vendre plus et en plus la plupart du temps il ne paiera pas plus. Mon approche est de vraiment faire du sur-mesure. Mais attention : sûr-mesure ne signifie pas forcément être cher.

      Et puis je dirais même plus : pourquoi « acheter » un thème tout prêt quand il existe des thèmes gratuits de très bonne qualité ?

  5. GizMecano dit :

    Hello,

    J’aurais tendance à trouver que dire il est temps de transmuter le design réalisé sous Photoshop me semble être une généralisation un peu hâtive…

    Sinon, pour le reste, pourquoi justement ne pas se baser sur le nombre de template compris dans le travail : c’est une base quantifiable au moins.

    Ciao,

    • Bruno Bichet dit :

      Je n’ai pas saisi le sens de ta première phrase. Pour le nombre de templates, je me cite : Le tarif tiendra évidemment compte à la fois du nombre de Templates et des différences qu’ils présentent entre eux ;))

      • GizMecano dit :

        Hello,

        Pour ma première phrase, je voulais simplement dire que parler de design réalisé sous Photoshop me semble être une généralisation, car ce n’est pas toujours utile/faisable/souhaitable/etc.

        Quant au second point, oui, effectivement, il était mentionné : mais il me semblerait justement (peut-être) judicieux, non pas de seulement tenir compte de ce nombre de template, mais de manière plus précise, de justement voir comment se baser sur ce nombre. La question posée par le titre de ce poste pourrait peut-être ainsi avoir un début de réponse.

        Ciao,

        • Bruno Bichet dit :

          Je parle de photoshop mais j’aurais effectivement pu parler de design dans le navigateur ;)

          Se baser sur le nombre de Templates est un passage obligé, mais le problème c’est qu’il est difficile de généraliser suffisamment pour établir un tarif forfaitaire.

          A partir de quel moment décide-t-on qu’un Template s’éloigne suffisamment de la « base » pour ne pas être seulement une déclinaison de la home (par exemple.

          Dans de nombreux cas, il suffit de dessiner la home et de décliner les autres templates directement dans le navigateur. Mais selon les projets, certains clients veulent « voir » toutes les déclinaisons même si elles présentent peu de différences.

          Bref, je préfère quand même la bonne vieille méthode qui consiste à évaluer le temps nécessaire pour tout faire et à tarifer en fonction.

  6. Insky dit :

    Bonjour, Même réaction que tout le monde, déçu du fameux chiffre que l’on obtient pas! Bizarrement, la plupart des gens qui réagissent se trouvent il me semble du même côté que vous de la barrière, et non du côté client, mais ont la même curiosité que ce dernier quant à cette question de tarif… :-)

    Pour moi çà fait un peu langue de bois tout çà quand même… attention rien de méchant là dedans, mais l’essentiel des pros ne refusent à avancer ne serait-ce qu’un ordre d’idée de prix sous différents prétextes de besoins et d’absence de détails ou de cdc… Je suis moi même dans le web (côté vente technique mais avec bases techniques pour bien connaitre le produit), mais les prospects et clients apprécient d’avoir un ordre de prix, et cela permet quasiment de mieux entamer la discussion, négociation voir signature qu’en se cachant derrière ce genre de discours que j’utilise également. En occultant totalement le tarif, on crée le fameux tabou, la barrière, l’inconnu, et la libre interprétation par le client néophyte qui la plupart du temps pensera selon : soit que c’est donné (réponse type : « oué mais on m’a propose un site pour 300€ » ou même gratuit tant qu’à faire), soit que c’est hors de prix (réponse type : « c’est trop cher pour moi » qui ne sera pas forcément dit à haute voix mais pensé).

    Personnellement je préfère annoncer une large fourchette (ex. pour un site vitrine donner de 2.000€ à 8.000€), accompagné de toutes les explications pré-cités sur l’analyse des besoins etc…!

    Alors… combien combien?

    P.S : puis avoir un tarif accompagné de détails permet aussi de voir quand on a affaire a un vrai pro qu’a marchand de tapis qui surmarge 3 ou 4 fois son tarif ^^

    • briegel dit :

      En architecture, la démarche « standard » pour vendre des produits non standards est la suivante :

      -tout d’abord, on peut facturer des études préliminaires, si la demande est très particulière, ou qu’il y a trop d’incertitudes sur les paramètres de base (terrain, règlements locaux d’urbanisme, etc). En web, je dirais que ça correspond bien au développement d’une application web inédite.

      -ensuite, on chiffre, grâce à des bases de données qui recensent le prix des constructions « similaires », selon des paramètres simplifiés et plus faciles à fournir, et des ratios de surface. Ceci dit, les architectes font appel à ces études de chiffrage quand le projet est un cas tout à fait inconnu par l’architecte. En web, on ferait un phasage précis, assorti du nombre estimé d’éléments à produire / intégrer, et aux techniques à employer (3D, vecto, bitmap, HTML5, CSS3, etc.).

      -au fur et à mesure que le projet se définit, la marge d’incertitude sur le prix se réduit, mais sans dépasser la fourchette haute de départ (en théorie). Il y a des pénalités prévues, et là ça chauffe ! Mais un bon professionnel ne se doit-il pas d’apporter des garanties ?

      Tout ça passe obligatoirement par une parfaite connaissance du métier et des prix du marché, le tout assorti d’une centralisation de ces données pour pouvoir les exploiter.

      Envisageable dans le web ? Pas sûr… En tous cas pas pour tout de suite…

  7. ben dit :

    Il manque plusieurs points importants : - l’hébergement (aide technique) - la formation du client (quand le client ne sait pas faire un copier/coller) - l’amorçage des contenus et peut-être la sauvegarde du site + backup de la bdd ;-)

    • Bruno Bichet dit :

      Oui, c’est exact, ce sont des points à prendre en compte évidemment mais qui sont au-delà de la livraison d’un thème WordPress. Je n’ai pas voulu ajouter de la confusion ;)

      Mais sinon, je tiendrais compte de cette dimension dans un des Personas (cf. commentaire suivant).

  8. Bruno Bichet dit :

    Bon promis, je publierais un autre billet sur ce sujet avec des Personas histoire de ne pas parler dans le vent :)

  9. Amaury dit :

    Le prix d’un thème ca n’existe pas vraiment. (sauf si c’est pour faire un thème premium, donc un produit) Par contre, un prix compensant une journée de travail, ca c’est cohérent.

    Si le thème est complexe, on peut passer 20 jours dessus, s’il est simple 3h. Y’a plus qu’a multiplier par le prix journalier qui reflettent de votre savoir faire et de votre habilité à se vendre, et vous avez le prix d’un thème !

  10. Fabien Thomas dit :

    Comme le dis Amaury ci dessus, si c’est pour un thème premium et distribué, on peut se rémunérer sur le volume de vente et donc diviser le cout de reviens sérieusement si le thème est populaire, mais pour un one shoot c’est bien différent.

    Pour avoir été « thèmeur » WordPress pendant pas mal de temps et après plusieurs dizaines de factures édités pour ce genre de prestation, je confirme qu’on ne peut définir clairement de prix pour un thème.

    Ça dépends de la complexité du thème à réaliser, personnellement, je me base sur ces critères :

    Design Le design est-il fournis ou faut-il dessiner le thème ?, perso je ne fais pas de webdesign, du moins pas avec toshop et je fais donc appel à des prestataires plus compétents que moi dans ce domaine.

    Intégration HTML/CSS/JS La seule partie presque invariable à mon sens, les thèmes très complexes étant toute fois plus long à intégrer, l’impact sur la facture se fait forcément ressentir.

    Développement (PHP/SQL) La partie « Wunderbar » du moins pour moi, les différents widgets et/ou extensions spécifiques à développer, encore une fois c’est le besoin du client qui régie les couts de développement.

    Mes factures pour des créations de thème, s’étendent dans une fourchette comprise entre 250 € pour les prestations les plus basiques à + 2500€ pour les plus complexes, avec une moyenne située vers 1200 € correspondant en gros à 3 journées de travail.

    Voilà pour mon expérience personnelle, en espérant que ça fera avancer le shmillblick ^^

  11. Rémy Bigot dit :

    Lorsque je passe côté client, maintenant, c’est rapide. Je cherche un prestataire: pas de prix= je ne contacte pas.

    On va peut-être ne pas être d’accord avec moi, mais il n’y a qu’en France qu’on a du mal à parler euros j’ai l’impression.

    Sur 15 sites freelances US en créa WordPress, on à 14 prix ou au moins fourchette. En France, c’est l’inverse.

    • Bruno Bichet dit :

      C’est bien possible. Bien possible aussi que les prestations soient standardisées (enfin, je dis ça, je dis rien). Là je parle de faire du travail qui tienne compte des besoins du client avec (j’espère que ça s’est un peu vu) du conseil dans le point n°2.

      Après, si tu veux un thème WordPress pour 99€, je te le livre cette nuit :-D

      • Rémy Bigot dit :

        Bonsoir Bruno, Les freelance US avec qui je travaille fonctionnent exactement de la manière que tu décris, il ne faut pas croire qu’ils fassent moins bien le travail, car c’est faux. Je n’ai de plus jamais dit qu’il fallait que ce soit du « low cost », j’ai dit qu’il me paraissait évident d’afficher au moins une fourchette de prix.

  12. Marie dit :

    Moi j’aime bien ce post, ça ressemble tout à fait à ma façon de voir les choses! D’ailleurs j’avais fait un post un peu dans le même esprit mais qui abordait.. ma thématique ;) http://www.pink-seo.com/blog/comment-reussir-sa-demande-de-devis-referencement-73

    • Bruno Bichet dit :

      Excellente l’idée de demander au client son degré d’implication dans le projet. C’est souvent là que le bât blesse une fois que le projet est sur les rails et qu’on s’aperçoit que finalement le client n’a pas le temps de livrer les contenus, ne veut pas mettre à jour son blog et que in fine, il se demande ce qu’il vient faire dans cette galère… ;) Merci !

      • Marie dit :

        Exact, le client qui ne livre pas les contenus mais râle que son site ne soit pas en ligne, c’est un grand classique! En référencement, on a vraiment besoin de la collaboration du client, on est là avant tout pour lui transmettre une méthodologie plutôt que de livrer du rapport de positionnement. Enfin c’est ma vision. En plus dans le SEO, on s’engage sur des durées de 12 mois en moyenne alors… faut bien choisir ses clients :D

  13. Bruno Bichet dit :

    Amaury –> Tu as bien fait de parler des thèmes Premium auxquels je n’avais pas pensé en écrivant ce billet. J’en tiendrais compte pour mon prochain billet sur le coût d’un thème WordPress. Disons que là, on n’est plus proche de l’offre et de la demande que du temps passé à travailler pour la tarification.

    Fabien –> Merci pour ce retour chiffré qui va faire plaisir à beaucoup de monde si j’en crois le nombre de personnes déçues par l’absence de chiffrages de ce billet ;) La fourchette est large. En fonction du tarif/jour, il est possible de proposer un thème WordPress customisé pour une demi-journée de travail (et plus à venir…) ;)

  14. Je partage l’avis de Rémy Bigot. Le client novice, il n’y connait souvent pas grand chose sur le web ou tout du moins sur les techniques de développement et d’intégration. Ce qu’il connait surtout, c’est son budget. Proposer des formules de type pack assorties d’options (offres à tiroir), ça permet de proposer une base de départ pour la négociation. Et comme le dit Rémy coté client, c’est comme quand on fait les boutiques, quand il n’y a pas de prix dans la vitrine, on n’entre pas, on se dit que c’est hors de prix.

  15. Bruno Bichet dit :

    Rémy Bigot, Le Courrier Industriel –>

    Je n’ai rien contre. Le fait que je ne donne pas de fourchette de prix dans ce billet ne veut pas dire que je n’en donnerais pas sur une page dédiée aux prestations WordPress, nuance ;)

    Je donne ici quelques pistes de réflexion, sachant que je n’ai pas forcément pensé à tout. D’où l’idée d’un deuxième billet sur la question en prenant différents profils de clients « fictifs » (Personas) comme base de « discussion » pour déterminer des tarifs raisonnables et cohérents avec la charge de travail demandé.

  16. Keeg dit :

    @Le Courrier Industriel :

    Et encore, il arrive régulièrement que le client n’est pas de budget… car justement, il n’y connait rien. Après, chacun sa technique. J’ai lu il y a quelques temps une agence (ou freelance, je ne sais plus) par le biais de son blog qui disait « pas de budget pas de site ». Je ne suis qu’à moitié d’accord, mais c’est un autre débat.

  17. Rémy Bigot dit :

    Je comprends br1o. En tous les cas, un grand bravo pour le thème de ce blog, grande classe !

  18. Pronostic dit :

    Le coup du cahier des charges devrait être écrit en gros sur chaque mail envoyé par un prestataire à son client. C’est assez agaçant de voir des clients raler alors qu’ils ont donné un cahier des charges nullissime et en disant ensuite « Bah oui j’avais pas écrit que le site devait faire ça et ça mais vous auriez du le faire par vous même parce que c’est logique comme feature » …. Bref.

  19. briegel dit :

    Un peu simple, en effet… Pas beaucoup de réponses à la question d’origine, qui serait : « comment je peux estimer le temps de réalisation d’une commande ? ». Je retiens le phasage, ça permet d’y voir beaucoup plus clair dans le temps de réalisation, personnellement j’essaie d’avoir le phasage le plus précis et le plus juste possible. J’ajouterais : KLOK ( http://www.getklok.com/ ), un outil que je démarre tout au début de la journée, et qui me sert à quantifier le temps que je passe sur chaque phase. Cela permet au fil du temps d’avoir des estimatifs assez fidèles.

    Ceci dit, j’ai remarqué que le temps passé sur le design est souvent plus prévisible que le temps passé en développement (je ne parle pas de l’API wordpress en particulier), dès lors qu’il faut répondre à une demande vraiment particulière ou utiliser une API inconnue. Le phasage permet aussi d’isoler les incertitudes et de prévoir des solutions alternatives, ou signaler à l’avance des allongements de délais, etc.

  20. Francis dit :

    Je trouve que le titre est mal posé. Combien pour faire un site WordPress aurait été plus logique selon moi parce que là, ça me fait plutôt penser à un thème premium tel que le titre le présente.

    Ensuite, combien ça coûte, c’est franchement trop dur à dire. Je rejoindrai Amaury et Fab en disant que ça peut prendre 3 heures comme 20 jours. Tout dépend du besoin. Et ensuite, ça dépend des tarifs que propose le thémeur. Ca peut aller de 200 à 500 euros par jour. Faîtes les calculs et vous obtiendrai un ordre d’idée…

  21. webtolosa dit :

    Si je résume : le titre du billet pose une question à laquelle il ne répond pas, et les commentaires donnent des réponses à des questions que le billet ne pose pas… J’aime trop les blogs ;-D

  22. Amaury dit :

    webtolosa > Tout le principe d’un blog qui est une discussion entre l’auteur et sa communauté !

    Ne pas afficher son tarif sur son site, c’est quelque chose de naturel, un prix journalier peut par exemple dépendre du client (on ne facture pas une multinationale au même prix qu’une association locale…)

    Ensuite tout dépend le niveau d’implication sur le projet, les délais, la complexité, etc.

    Enfin pour conclure avec ceux qui n’affichent pas les prix, c’est quelque chose d’ultra répandu, et quelques soit le corps de métiers et les pays.

    La prestation de service ne correspond pas à un produit, car il s’agit d’une réponse personnalisée à un besoin client, et donc il n’y a pas nécessité d’afficher un prix horaire complètement déconnecté de la réalité et qui ferme la porte au dialogue généralement.

  23. En général je pars d’un template gratuit que j’adapte aux besoins des clients.

    C’est moins cher ainsi

    • Amaury dit :

      Malheureusement c’est rarement possible de procéder la sorte sur des projets de grandes tailles ou avec des clients grands comptes.

  24. La seule différence, c’est le point n°5 qui permet de faire l’économie de la partie PHP/MySQL : les équipes de WordPress ont déjà fait tout le travail de développement.

    Je me roule par terre et je piétine en même temps et c’est pas facile :)

  25. taengo dit :

    Pour ma part, le prix de mes sites est de 2000 €, c’est un bon prix psychologique. WordPress m’a permis de baisser le prix de vente de 50%, et d’en vendre deux fois plus. Je vends aussi parfois des sites wordpress plus simples, moins de recherche graphique, moins d’editing, moins de suivi pour 1 000 €, et d’autres plus compliqué à 4 000 €.

  26. Quand je vois le temps que j’ai passé sur le design de notre annuaire et le temps qu’on peut passer à monter un thème plus simple, c’est sur qu’il est difficile de sortir un prix comme ca sans connaitre les tenants et aboutissants… Maintenant, j’avoue, ton titre est assez racoleur Mr Bruno Bichet, je suis toujours curieux de voir les prix annoncés dans le webdesign, et je pense que je ne suis pas le seul a en voir les commentaires ;)

  27. ancreo dit :

    Un article sur une question centrale qui ne donne pas la réponse… cas de figure très récurrent chez les webdesigners mais aussi une attitude très francaise…! J’ai très peu d’expérience sur la question, je créé des templates pour un public de « dummies », mais il m’arrive de créer des thèmes wordpress. Mon avis est que le prix dépend dans une large mesure de la cible. Et personnellement c’est en fonction de la cible (particulier, artisan, PME, association, artiste, société) que je choisis les matériaux et la méthode de travail. je prends un exemple concret: j’ai réalisé une plate forme d’échange de compétences de cadres dirigeants pour un ancien professeur de marketing, sur WP, le tout pour 1750€ ! Le thème (30% du travail= 30% du prix total environ), facturé à 500€ est très bien accepté par le client. l’investissement sur la création du thème est valable! Mais essayez de faire passer un tel prix auprès d’un artisan plombier! Il ne comprendra pas qu’une charte graphique puisse coûter si cher! Là jvais pas me casser la tête. Un thème premium à 40€ customisé pour le client et hop voire même créé avec un générateur de thème ( je le cite pas…)! Je dépasserai pas les 500€ tout compris! et j’ajoute que selon la cible il peut être très difficile de faire saisir l’intéret d’un site dynamique.. et que parfois il faut se rabattre sur du statique! En définitive, Brunot Bichet a raison de ne pas donner de prix… parce qu’il est nécssairement déterminé par la cible et son envergure economico-socio-culturelle.

  28. Bruno Bichet dit :

    ancreo –> Presque paradoxalement, la question du design graphique n’est pas toujours centrale quand on fait du webdesign, c’est à dire quand on « fait » un site web.

    Très souvent, le client n’a pas d’attentes particulières en ce domaine, il veut un site pour « faire » quelque chose avec et il s’attend à ce que l’ensemble ressemble à quelque chose. Dans certains cas, il est impossible de vendre du graphisme, tout comme il est impossible de livrer un site qui ne ressemble à rien. Le site aura forcément une apparence, que le client ait payé pour ça ou non ;)

    Dans le cas du plombier, ça dépend encore : il peut avoir déjà fait le tour des autres sites de plomberie et pourra dire qu’il aime bien tel logo, telle barre latérale, etc.

  29. CoBB dit :

    Bonsoir à tous. En fait, je crois que la question est très mal posée. Un site internet (WordPress ou pas) se facture sur le travail fourni et sur sa diffusion, tout comme un logo, une marque, une illustration ou une photographie. Pour exemple, ceux qui ont déjà acheté une photographie dans une agence savent que le prix ne sera pas le même du tout si cette photo part en print ou en web, si c’est pour un catalogue en 3000 ou 100000 exemplaires, et ce, sans JAMAIS posséder la photo, mais seulement des droits de reproduction. Autre cas, une illustration pour une grande marque se négociera sur la diffusion et/ou une utilisation temporelle (une période donnée). Un site, étant une somme de « créations de l’esprit » (le terme légal) de par le code et le design, entre parfaitement dans cet axe ; un site wordpress pour une multinationale se facturera à un taux bien supérieur à celui du plombier.

    • Bruno Bichet dit :

      CoBB — Heu… la diffusion c’est quelque chose sur laquelle on peut compter quand on imprime un certain nombre d’exemplaires, qu’il s’agisse d’une revue ou d’un CD.

      Dans le cas d’un site web, si tu peux connaitre et garantir le nombre de visiteurs, ma foi, tu as bien de la chance ^__^v

      • briegel dit :

        Non, mais c’est pas bête du tout cette réflexion : finalement, pour un thème ou une application web, le client achète le code, les illustrations, et le droit de les utiliser : la licence en somme. Dans le cas du web, une licence illimitée en nombre d’utilisations (en temps aussi la plupart du temps). Je sais pas ce que ça peut concrètement changer pour la fixation du prix, mais ça peut effectivement être la part variable du prix de vente (la partie « à-la-tête-du-client-mais-justifié »).

  30. GGlafouine dit :

    Bonjour,

    En bref, je vois que tous le monde confond un peu le besoins fonctionnels du graphisme. Un site est quand même composé de ces deux parties majeurs. En effet, il existe des templates à acheter (reste encore à voir la licence pour en connaitre le droit de modification et de revente et les possibilités de mise à jour ainsi que la correspondance des fonctionnalités proposées ou encore la qualité du code contenu etc.) en clair, le graphisme reste du graphisme que le site soit statique ou pas. Après, ça reste de l’image et du css. WordPress ne fait que découper les éléments en page php. Donc le surcoût me parait un peu tiré par les cheveux une fois que tu connais les principales variables (toutefois ça peu ce chiffrer pour le client vu qu’il y a un besoin de connaissance).

    Concernant les fonctionnalités back-office et front-office, WordPress n’est pas forcément le CMS le plus adapté surtout si le client veut gérer différents groupes d’utilisateurs ayant le même niveau de droit mais pas sur les même pages ou/et catégories. Il faut quand même rester conscient des possibilités générales de wordpress des plugins existant et du besoin d’ajout de fonctionnalité.

    Coté thème, faut pas abuser, le développement reste le même que pour un autre site dynamique (à part si tu code comme un goret)sachant qu’il existe quand même beaucoup de fonctionnalités pluggables dont il n’est pas nécessaire de faire le développement.

    Maintenant il serait intéressant de comparer des CMS entre eux pour estimer le coût d’un développement de thème en prenant également en compte celui d’un site dynamique maison possédant les même fonctionnalités (y compris le back-office) et la maintenance souvent oublié dans la plus part des chiffrages.

  31. CoBB dit :

    Bonjour à tous. @ Bruno et Briegel : « (la partie « à-la-tête-du-client-mais-justifié »). » sympa, mais pas tout à fait ^, ceci ce fait ( par là je veux dire : la communauté de designers qui sont mes amis, et moi-même:o) ) en demandant ou en s’informant sur le CA (chiffre d’affaires) du client (si le client ne dépose pas ses comptes, il faut les lui demander, c’est une action normale et courante :o) ) mais là, effectivement, pas de savants calculs, il faut estimer selon le CA sans aucune règles. Installer un wordpress pour un plombier est hors de propos (à mon humble avis), il lui faudra un site-carte de visite, du html pur et dur sur 2 pages sera suffisant, pas besoin de sortir l’artillerie lourde qu’est un CMS qu’il n’alimentera pas, donc un site à disons 1000-1500 euros pour celui-ci sera convenable (allez, 800 si il est sympa :o) ). Pour une entreprise à plus de 1000k de chiffre d’affaire (une PME solide par exemple), on passe sur une tranche de 4000/6000 (selon les fonctionnalités intégrées et le degré de « customisation ») pour un site CMS (je vous donne là ma fourchette perso -et celle de quelques amis-, celle qui passe sans problèmes). Car, hormis le travail fourni, il faut impacter le prix de la suite graphique (le boulanger amortit ses investissement en machines dans le prix de ses gâteaux), le matériel, l’électricité, les charges et un salaire décent, car n’oublions pas qu’un webdesigner qui fait le design, l’intégration, l’installation fait le boulot de 2 ou 3 personnes qualifiées (commercial, designer, intégrateur, développeur,formateur etc, etc…), travailler dans ce contexte à moins de 2000/2500 euros net mensuel de salaire est une course droit dans le mur (et là, il vaut mieux aller dans une agence, moins de tracas) ;o) Si ces prix effraient certains (comme ils m’effrayaient moi-même dans mes jeunes années ^), faites un tour dans une agence « qui fonctionne » et voyez les devis, vous aurez une petite idée des prix du marché réel avec des prix qui font froid dans le dos (j’ai déjà vu des concurrent en appel d’offres, demander 15000 pour un cms, alors que nous demandions 6000-mon dév et moi, et leur proposition retenue, car « elle paraissait plus réaliste »- comprendre : vu que c’est cher, c’est bon !, eh oui, mes amis. :o) Une dernière réflexion, souvent, j’ai vu dans les post, les gens baser leur prix selon le porte-feuille de leurs client : je pense que c’est la pire réflexion à avoir dans ce contexte, pensez en premier au votre, à votre rémunération, vos amortissements, le prix de votre expertise et constituez, en restant réalistes (surtout sur le niveau de prestas dont vous êtes capables) vos fourchettes de prix ; le prix d’une bagnole se fait avec 2 concepts a) le cout de fabrication, b) la marge (pour amortir la pub, le réseau, les salaires et les bénefs), pas sur le prix que pourraient payer les client éventuels même si cela se fait à pertes. A bientôt.

  32. CoBB dit :

    .. et pardon pour le pavé ^_^!

  33. CoBB dit :

    … C’est mon coté monolithique qui surgit :o) Aére, si tu veux ! ^_

  34. Je crois que l’on peut avoir une variation du simple au quadruple cad entre 300 et 1500 voir 2500 € pour la meme chose …la seule différence c’est le papier cadeau;Tout dépend donc de la prestation autour…on peut avoir une découpe d’un sur mesure en inde pour 50€ mais bon; c’est comme tout. la qualité se paie

  35. GGlafouine dit :

    En effet côté prix c’est souvent à la tête du client. lol. Faudrait voir à reprendre les cours de gestion et à estimer les charges de production. C’est souvent chiffré à la … heu ben je vais multiplier par 3 comme ça on est sur que ça passe même si il y a un pépin. lol le pire c’est que ça passe.

    @ Creation site web paris : En effet la qualité se paie mais je ne pense pas que ce soit la seule raison de la différence de prix. Coté prestation c’est clair que l’on peut vite faire grimper le prix. Après j’ai également vu des revalorisations ascendante en cours de développement car le client à fait évoluer ses besoins. J’ai aussi vu des client important imposer des modifications que la SS2I a accepté car le client est important et qu’il servira de tremplin pour avoir d’autres contrats.

    A plus ;)

  36. CoBB dit :

    Bonsoir à tous.

    « entre 300 et 1500 voir 2500 € pour la meme chose » !? Rassures-moi, tu travailles avec la suite Adobe ? Avec des sites à 300 euros, il te faut donc environ 20 sites (au minima) avant d’avoir amorti UN seul de tes outils (sans compter les actualisations) (et sans compter un ou 2 ordinateurs et sans compter le bureau, etc, etc …) :o) …. De plus, quand vous installez un CMS comme WordPress, c’est bien pour que le client l’alimente ? (et pas l’utiliser en simple site « en dur », il faut donc une formation, et une petite journée de formation, ça ne doit pas descendre au-dessous de 300 euros, déjà… :o) (je vois la tête de ma femme si je ramène 500 euros par mois « parce que je crois que c’est pas raisonnable de demander trop de sous » :p .

    Le « tête du client », je n’en connait pas personnellement, de mon coté tout le monde s’est constitué un taux horaire (plus les droits de diffusion dont je parlais plus haut, que les webdesigners ici présent ont l’air d’avoir honte de facturer, alors que les photographes, ou autres artistes graphiques ont compris ceci depuis longtemps… alors, que je le précise, les lois attachées à la création de sites web sont alignées sur les lois protégeant les « créations de l’esprit »).

    Enfin, bon je dis ça, je dis rien, mais un sujet intéressant serait « comment vivre avec 400 euros par mois en faisant des templates wordpress » je suis extrêmement intéressé par les solutions proposées ! ;o)

    Bonne soirée à tous.

  37. Mickael Pinto dit :

    Ce billet est intelligent Bruno, je t’en félicite. Je pense que le titre va te ramener de la visite (seo) et dans la logique des clients, et tu leur auras bien fais comprendre que le tarif dépend de la charge de travail qui va avec, et qu’en fonction de cela tu pourras leur donner un tarif, ce qui est logique tant un thème peut varier en charge de travail par rapport à tes compétences.

  38. C’est dommage que l’on est pas une idée d’ordre de prix ou des exemple de prix avec des photos de template.

    • briegel dit :

      Ce serait d’une transparence totale…. Mais délicate. J’ai la sensation qu’on touche le fond du problème !

      • CoBB dit :

        Hello ! Au delà de la transparence, il faudrait également lister les services associés, ce qui donnerait une estimation faussée par les « micro-services » associés. Dans mon -notre- cas, si les prix s’élèvent en général pas mal; c’est que l’administration est souvent totalement refaite, avec ajout de fonctionnalités autres que celles en plug-ins libres (souvent diverses boites pour entrer des news en plusieurs langues, sans mettre de code ou bien déplacer les fenêtres de catégories qui enverrons les articles dans des endroits différents en front-end) ou bien rattachés à des bdd de clientèle, gérés par des softs autres que wordpress (car une des beautés de wordpress, c’est de gérer les tables d’un nickel impressionnant, donc raccordement sans problèmes).

  39. Kadrik dit :

    Bien, pour répondre auxoffusqués; je démarre dans ce job et le total marqué sur votre « facture » ( on va faire simple -_- » ) va de 3 chiffres à 5 chiffres.

    Quelles horreur ! Direz-vous… Et pourtant le blog prémaché wordpress pour tenter de vendre son fond de grenier n’a rien à voir avec Ebay niveau visiteur et contenu; là est toute la différence :D

  40. chilipari dit :

    Je trouve qu’il y a tant de thèmes wordpress qui sont suffisamment bien pour ne pas avoir à en acheter un. Avec un peu de travail on arrive facilement à personnaliser son thème même sans s’y connaitre beaucoup en programmation.

  41. canalwin dit :

    J’ai entendu parler d’un thème américain meilleur que tous les autres qui serait très utilisé là-bas, mais en fait il n’a rien de spécial, les fonctions de base sont les mêmes pour tous après il faut juste rajouter des plugin.

  42. Aurelie dit :

    Je savais m^mee pas qu’on devait payer pour avoir un thème wordpress, désolée je suis un peu débutante …

  43. [...] site web utilisant WordPress ? C’est en substance la question posée dans l’article Quel tarif pour un thème WordPress ? Beaucoup de personnes ont été déçues par le manque de données chiffrées qui auraient permis [...]

  44. [...] Quel tarif pour un thème WordPress ? [...]

  45. Kler Roger dit :

    C’est intéressant mais vous dites : « Qui dit WordPress, dit Plugins. Il est rare d’installer WordPress sans passer par le menu Extensions. » Je ne suis pas totalement d’accord. Pour ma part, je préfère limiter l’utilisation des plugins, qui ont tendance à casser la validation XHTML Strict des pages et à alourdir ces dernières de lignes de codes superflues

    Dans le cas du plugin Like ou Tweet Me par exemple, j’utiliserai de préférence les API des sites communautaires. Quant à All in one SEO pour ne citer que ceux-là, je configure mon header.php de sorte qu’il affiche des contenus différents suivant la page où il se trouve.

  46. [...] CSS3 et la sémantique associée aux balises HTML5 et j’ajouterais la réalisation d’un thème WordPress comme examen de fin d’année ;-)«J’ai bien envie de savoir découper un PSD autrement [...]

  47. my bratz dit :

    Pour ma part 68 Euro le template WP chez http://www.templates-help.com + 8 heures pour installer le hosting + configuration de wordpress + ajouter textes et photos. Total 868 + 70 euro (hosting) = 839 Euro :-) Sa vous aide? : bratz.usa (@) gmail.com

  48. [...] site web utilisant WordPress ? C’est en substance la question posée dans l’article Quel tarif pour un thème WordPress ? Beaucoup de personnes ont été déçues par le manque de données chiffrées qui auraient permis [...]

  49. christina Kathleen dit :

    J’ai même parfois l’impression que les clients survetement nike potentiels ne se posent pas la question

  50. Where box window fans and industrial box fans really shine though is in more commercial applications. Chaussures Retro Jordan 8, and all of the air will be cycled out as quickly and efficiently as the industrial box fans can handle.

  51. Thibaut Ruest dit :

    Woooow, effectivement, après avoir rapidement testé PunnyPNG,Vetements Marque Homme. Le plugin Rewrite analyzer permet de vérifier le bon .

  52. parfois l’impression que dit :

    TIc et singulièrement d’internet et puis-je ajouter en particulier des air max pas cher blogs dans la dénonciation des méfaits des tyrans

  53. prevoyance dit :

    Aujourd’hui, il existe par exemple, des tonnes de ressources graphiques http://www.prevoyance-sante-des-sportifs-professionnels.fr and all of the air will be cycled out as quickly and efficiently as the industrial box fans can handle.

  54. musique dit :

    Pour avoir été « thèmeur » WordPress pendant pas mal de temps et après plusieurs dizaines de factures édités pour http://www.musique-jeunepublic.fr ce genre de prestation, je confirme qu’on ne peut définir clairement de prix pour un thème.

Laissez un commentaire

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Les commentaires sont publiés sous votre pleine et entière responsabilité et ne doivent pas contrevenir aux lois et règlementations en vigueur. Les propos racistes ou antisémites, diffamatoire ou injurieux, divulguant des informations fausses, relatives à la vie privée d'une personne ou utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteurs ne sont pas les bienvenus et seront modérés sans modération.

Merci d'être constructif et n'oubliez pas : « sans la liberté de ramer il n'est point d'éloge flotteur ! »



Colophon

CSS & Webdesign est une publication irrégulomadaire à tendance hebdomadaire
éditée par Bruno Bichet qui carbure à WordPress et au café équitable.
Tous droits réservés © 2006 - 2011.

Contactez l'auteur du site