Le prêt-à-bloguer bride-t-il la créativité ?

Rigueur. Et passion !

Ne dites pas à ma mère que je suis artisan en architecture de l'information appliquée aux sites web : elle croit que je suis webdesigner, intégrateur HTML & CSS, rédacteur web, formateur NTIC et consultant en webmarketing depuis 2001 ! Voulez-vous en savoir plus ?

Le blog de l'intégrateur web

Le prêt-à-bloguer bride-t-il la créativité ?

Comme toutes les disciplines graphiques, la conception de modèle de site internet (Webdesign) est traversée par les modes et les tendances. Parmi elles, le design minimaliste (style épuré, typographie fine, utilisation parcimonieuse des visuels, grille de mise en page tirée au cordeau) est sans doute le plus répandu. C’est certainement celui qui est amené à perdurer en raison de son faible potentiel de lassitude. Toutefois, il ne faut pas confondre ce style épuré avec le style «sans style». Sorte de design pauvre mis au service d’un contenu pré-mâché où le contenant n’a d’intérêt que s’il permet à Google d’avaler les contenus sans avoir le hoquet.

Force est de constater que le fait d’avoir mis l’installation des blogs à la portée de tous, allié à la propension des individus au moindre effort ainsi qu’à leur tendance à la reproduction des comportements, abouti à une double uniformisation des contenus et des contenants.

Des contenus dupliqués à l’extrême

Si on enlevait les blogs des spécialistes SEO autoproclamés, des Community Manager en devenir ou des chantres des réseaux sociaux et du High-Tech s’extasiant sur le moindre déplacement d’un bouton de connexion, la circulation sur les autoroutes de l’information serait plus fluide. Savez-vous qu’un seul blog peut en remplacer un bon millier ? Goopilation, par exemple, propose la traduction des actualités publiées sur les blogs de Google. On retrouve plus ou moins la même chose pour Twitter avec la version française du blog de Twitter.

Il suffirait de traduire ainsi une grosse dizaine de blogs anglo-saxons issus du web 2.0 pour mettre au chômage 90% des blogs francophones soi-disant High-Tech. Les 10% restants sont les blogueurs qui apportent une valeur ajoutée grâce à leur vision sur le long terme et leur compréhension des enjeux socio-économiques sous-jacents.

Ergonomie ou marketing ?

Beaucoup pensent que l’ergonomie est aux blogs ce que l’aérodynamisme est à l’automobile : un moyen permettant d’aller plus vite en essayant de ne pas gaspiller trop de ressources. Cela semble séduisant, mais à l’époque des débuts de l’aventure automobile, la forme des véhicules n’avait que l’imagination des créateurs comme limite… Les blogs vont-ils tous se ressembler pour offrir le moins de résistance au clic sponsorisé et s’adapter au plus petit dénominateur commun ?

Voilà en substance ce que j’écrivais en mars 2007 dans Ergonomie des blogs : utilisabilité ou marketing ? Je pensais à l’époque que la monétisation des blogs allait tuer la blogosphère mais il semble que la course au SEO et aux classements s’en soit chargés avant…

L’absence de design, ce n’est pas du minimalisme

Dis, c’est quoi le design ? En anglais, une des acceptions du terme «design» est «dessein», comme dans The Great Design. Je n’irais pas jusqu’à dire que si l’on enlève une lettre à «dessein» on obtient «dessin», mais presque !

Le minimaliste c’est du design où les fioritures graphiques auraient laissé la place à du blanc distribué avec générosité et à bon escient. Mais attention : tous les sites web ne gagnent pas à être ultra minimalistes ! Une fois qu’il n’y a plus rien à retrancher dans le design d’un site internet, il peut être judicieux d’ajouter des éléments graphiques pour flatter l’oeil et valoriser le contenu.

Trouver son chemin

Sur la durée, l’intérêt d’un blog réside en grande partie sur l’originalité du contenu (style, angle de vue, diversité des sujets abordés par l’auteur) que le contenant devrait refléter. Le design est une vitrine pour les contenus. Pour que les lecteurs s’arrêtent, il est important de personnaliser son blog quand bien même on n’aurait pas de véritable patte graphique. L’important est que le ramage se rapporte au plumage.

Ecrit à quatre mains avec Jiann Venturini @_jiann sur Twitter – étudiant en Master Webdesign à Sup de Pub Paris.

Articles sur le même sujet

PS : Le respect de la vie privée sur internet est important : j'ai décidé d'échanger mon bouton Like de Facebook par un bouton Faire un don de Paypal car
Il n'y pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour (Jean Cocteau) ;) Merci d'avance.



10 commentaires pour “Le prêt-à-bloguer bride-t-il la créativité ?”

  1. Jiann dit :

    En espérant susciter des échanges :-).

    Merci à toi pour la collaboration !

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by bb (css4design), br1o les bons tuyaux and br1o les bons tuyaux, Jiann Venturini. Jiann Venturini said: RT @br1o: Le prêt-à-bloguer bride-t-il la créativité ? http://j.mp/czthPB [...]

  3. frangy dit :

    salut jiann ^^

    je suis avec intérêt l’actualité du blog, mais cette fois ci je t’avouerai que je reste un peu dubitatif même après avoir relu 2 fois ton article :p

    quel rapport entre le « design pauvre » et le « contenu pré-mâché » ?

    Et puis quand tu parles de mettre à la porté de tous les blogs, tu vises quelque chose comme les skyblogs et autres myspace ou plus généralement wordpress et autre ?

    Et une dernière chose, qu’est ce qui peut y avoir comme lien entre « l’ergonomie » et « aller plus vite sans gaspiller de ressources » ?

    Mais quoi qu’il en soit je suis d’accord sur la conclusion, sur le fait que chacun doit mettre sa papatte sur le style de son blog et cela à tous les niveaux ^^.

  4. Bruno Bichet dit :

    frangy, Nico — Oui, ce billet part un peu dans tous les sens, ce qui est un peu normal vu qu’il représente les pensées de deux personnes différentes sur un sujet lui-même pas très bien délimité à la base ;)

    Le rapport entre « design pauvre » et le « contenu pré-mâché » ? C’est le fait de nombreux blogs thématiques choisissent un thème WordPress (par exemple) orienté « référencement » pour y coller (souvent littéralement) des news dont le seul intérêt aurait été d’être un scoop, genre énienne annonce de fusion entre telle ou telle entreprise ou modification de la largeur des onglets de Facebook ;)

    En soi, rien de grave, mais ces blogs ont une visibilité souvent disproportionnée par rapport à leurs qualités intrinsèques et ont tendance à occuper l’espace un peu trop souvent qu’à leur tour.

    • frangy dit :

      okiiiii ^^

      autant pour moi :), je n’avais pas tout à fait compris les fonds de vos pensés ;)

      Mais est ce qu’on peut vraiment parler de risque de la fin de la blogosphère ? Google c’est un peu comme le marché mondial, si les utilisateurs d’un produit sont mécontents du design ou du contenu de celui ci, ils vont le bouder, et revenir à un autre produit. Et donc le marché va s’auto-réguler comme dans toutes bonnes sociétés libéral ^^ Ça serait quand même balo si Marx aurait juste eut raison pour la blogosphère et pas le capitalisme ^^

      Enfin juste pour dire qu’au final c’est le visiteur qui estime si le blog est bien ou nan, si il y reste c’est qu’il y a trouvé son compte. Si aucun visiteur n’y trouve son compte le blog disparaît.

  5. briegel dit :

    Haaa, mais voilà une réflexion très intéressante sur les métier du web !

    Après quelques articles mettant en avant un design « suisse », voilà que la question se pose de savoir à partir de quand un blog devient pauvre en design après avoir été minimaliste.

    Et même, ô blasphème ultime, si le blog est vraiment la panacée pour produire du contenu sur la toile, étant devenu un vaste copier-coller de masse.

    Et pour finir, la remarque qui enfonce le clou : les contenus se seraient dépouillés peu à peu du design et du graphisme pour ne s’adresser qu’aux aveugles, dont Google.

    Trois questions assez dérangeantes sur ce blog, très courageuses et très lucides sur le « web 2.0″. Merci de les avoir publiées, j’y trouve une sorte de réponse intelligente aux articles précédents : à force de vouloir plaire à Google, ne prend-t-on pas le risque de ne plaire qu’à Google ?

  6. Jiann dit :

    Bonjour,

    @Frangy Certes l’utilisateur reste maître de sa navigation, mais la démultiplication des contenus qui se disent pro, est aussi un frein à émergence des contenus qui eux présente une valeur ajoutée et la « folie des blog » à persuadé un grand nombre de personne qu’il suffisait de faire un C/P de news traduite pour gagner sa vie avec blog, d’ou la « saturation du marché » et la complexité d’accéder aux choses vraiment « différentes ».

    En allant voir le site de Nico, j’ai vu qu’il publiait des tutos, sur alsa et openweb. Combien de personnes aujourd’hui utilisent le prèt-a-bloger pour faire des blogs d’entreprise & co, en dépit d’une réelle absence de connaissance dans les langages ? Quand ces personnes là ont des soucis (parce oui, la plupart n’ont aucune idée de comment ça marche un site/blog), elles se tournent vers ces communautés de professionnels.

    Je suis désolé d’être un poil « extrême », mais oui, le web est un métier, et il faut des compétences. Et le nombre croissant de personne que je peux rencontrer qui se disent « webdesigner / intégrateurs / dev », qui réussissent à avoir des budgets, et ensuite viennent demander comment ils doivent faire m’inquiète.

    Évidement, j’exagère, caricature et mon propos doit être nuancé, mais je pense qu’en substance, ces tendances sont inquiétantes.

    • frangy dit :

      ah ouiii tu parles carrément de professionnels qui utiliseraient des soluces toutes faites de personnes qui se cassent vraiment la tête à enrichir la blogosphère. Effectivement c’est un délicat problème que tu soulèves… Mais c’est le fonctionnement même de la contribution à l’enrichissement de la blogosphère dont on parle là. C’est sur quand donnant des astuces des conseils et des tutos, un blogeur alimente sa propre concurrence.

      Et en fait je ne pense pas que tu exagères vraiment ^^

  7. Vendeesign dit :

    « Je pensais à l’époque que la monétisation des blogs allait tuer la blogosphère mais il semble que la course au SEO et aux classements s’en soit chargés avant… »

    C’est exactement la meme chose, ça va de paire. Le SEO te permet d’augmenter ton audience, et donc de prétendre à une certaine monétisation de tes emplacements, et les classements de type Wikio and co te permette de trouver des annonceurs (agences, régie, annonceurs).

Laissez un commentaire

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Les commentaires sont publiés sous votre pleine et entière responsabilité et ne doivent pas contrevenir aux lois et règlementations en vigueur. Les propos racistes ou antisémites, diffamatoire ou injurieux, divulguant des informations fausses, relatives à la vie privée d'une personne ou utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteurs ne sont pas les bienvenus et seront modérés sans modération.

Merci d'être constructif et n'oubliez pas : « sans la liberté de ramer il n'est point d'éloge flotteur ! »



Colophon

CSS & Webdesign est une publication irrégulomadaire à tendance hebdomadaire
éditée par Bruno Bichet qui carbure à WordPress et au café équitable.
Tous droits réservés © 2006 - 2011.

Contactez l'auteur du site